dimanche 3 août 2008


Valse avec Bachir
posté par Professor Ludovico dans [ Les films ]

Ari Folman a bien retenu les leçons de Coppola : la guerre doit être belle, la guerre doit être drôle, sinon, comme disait le barbu, « On ne trouverait pas autant de monde pour la faire ».

Ici, c’est un documentaire en dessin animé. En utilisant cette technique, Ari Folman a peut être enfin trouvé la seule façon de la parler de sa guerre : la Guerre du Liban. Car Ari a un problème : impossible de se rappeler quoique ce soit de son séjour sous les drapeaux, il y a 25 ans de cela. Sur le conseil d’un ami psy, il décide de mener l’enquête auprès de ses copains d’armée. Car les autres se rappellent, et même trop bien, le massacre de Sabra et Chatila, ghetto palestinien « nettoyé » par les phalangistes chrétiens, le 16 et 17 septembre 1982, sous la bénédiction passive de Tsahal.

Petit à petit, les souvenirs remontent, et le spectateur apprend, lui aussi, en même temps que le narrateur…

Certes Valse avec Bachir n’est pas très bien fait, le choix du dessin animé est contestable (pas assez cinématographique pour une fiction, ou trop réducteur pour un documentaire (par empathie, on préférerait voir les vrais témoignages)), mais reste un choc. Il nous rappelle qu’à l’âge où nous dansions sur Enola Gay, d’autres types du même âge, Uzi ou Kalach en main, se battaient dans les rues de Beyrouth. Graphiquement très réussi, musicalement fort bien illustré, Valse avec Bachir doit être vu…




dimanche 3 août 2008


En direct de Lost (part four)
posté par Professor Ludovico dans [ Séries TV ]

« Vous commencez à faire chier ! » Il a raison Sawyer, les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Avec tous ces traîtres, tous ces menteurs, ces gars qui disent venir vous sauver et qu’en fait, c’est même pas vrai, la coupe est pleine. On voudrait bien commencer à savoir ; pourtant, cette saison avance à la vitesse d’un cheval au galop ! Ça défouraille à tout va, il y a déjà un paquet de morts, et pas des troisièmes couteaux ! Pire, de nouvelles guerres sont lancées, et même, si par incroyable, on commence à envisager où sont les bons et les méchants, ça nous promet quand de belles soirées à se ronger des ongles… Enfin, s’il en reste.

La force de Lost, c’est d’avoir créé de superbes mécaniques de personnages. Falots au départ, beaux gosses US propres sur eux, ou filles L’Oréal « qui le valent bien », ces personnages montrent au fil des saisons mauvais esprit et failles en pagaille. De vrais êtres humains dans une série grand public, c’est assez rare.

Et puis aussi, cet humour léger, mais toujours présent. Sawyer en tête (il a traité Hurley de « Chicken Little » hier soir), et phrases cultes. Devant son collègue égorgé, répondant à Jack qui lui demandait s’il était au courant, un personnage : « la dernière fois que je l’ai vu, il était en bonne santé »…

Un signe qui ne trompe pas : Madame La Professore, qui avait abandonné l’Ile saison 2&3, est revenue sur le canapé. Elle demande (tout en pestant), qu’on lui repasse la dernière phrase de Locke, « pour être sûre d’avoir tout compris »…

Tout compris ? À Lost ???




août 2008
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031