lundi 8 novembre 2010


L’Américain
posté par Professor Ludovico dans [ Les films ]

Quand on commence à rédiger la chronique CineFast dans sa tête pendant le film, c’est que ca sent le pâté pour L’Américain. Eh oui, il faut bien que toutes nos idoles tombent un jour, et aujourd’hui, c’est la Saint-Georges. Qu’est-il allé faire dans cette galère ? En fait, on le sait : passer trois mois au frais de la princesse (Focus Entertainement) en Italie, auprès du canon laser Elisabetta Canalis. Pour être parfaitement honnêtes, nous aussi on est allés voir L’Américain pour ça (du cul, du cul, du cul !)

Et il y en des très beaux, des culs dans L’Américain : deux que l’on voit (Irina Björklund et Violante Placido, (quel joli nom !)) et celui de la Tueuse (Thekla Reuten), que l’on devine. Mais le film est tellement mauvais, qu’on trouverait plus érotique le SAV des émissions.

Trois coupables à cela : Clooney, qui joue les faux durs facon de Niro dans Cape Fear (tatouages, pompes, et muscu), mais qui est loin – très loin ! – de Bob.

L’autre coupable, c’est évidemment Anton Corbijn, le génial photographe-cinéaste de Joy Division, qui tente ici son Cercle Rouge-Samouraï-Police Python 357. On est loin, malgré une photographie splendide, du plat pour saucer.

Et évidemment, il y a le scénario pitoyable, malgré ses louables intentions (le tueur à la croisée des chemins, le polar sombre, la pute au grand cœur, les Abruzzes, terres sauvages, etc.) Les dialogues, rares, sobres, sont tellement ridicules, les situations tellement invraisemblables, que ce ne serait même pas drôle de les raconter…

Si vous avez un vendredi à tuer, plutôt que d’aller voir L’Américain, sachez qu’un grand drame Viscontien se joue chaque semaine, et qu’il y a plus de morts que dans L’Américain : ça s’appelle « Qui veut épouser mon fils ? » et c’est sur TF1.


2 commentaires à “L’Américain”

  1. James Malakansar écrit :

    Certes professeur je ne vous donne pas tord… mais vos propos sont un peu lapidaires et réducteurs. l’image est superbe comme vous le remarquez, mais le scénario n’est pas « pitoyable » ou alors nous n’avons pas la même définition du mot. Il reste bien sûr une impression de « tout ça pour ça… » mais la lenteur et la sobriété sont agréables et le réduire à “Qui veut épouser mon fils ? déplacé tant « Nanard-Land » est peuplé de films qui n’atteindront jamais la cheville de « L’Américain » même s’il reste un film pas très bon.

  2. Professor Ludovico écrit :

    bien sûr, bien sûr ! c’est juste que je me suis plus amusé vendredi soir que dimanche matin…

Votre réponse



octobre 2019
L M M J V S D
« Sep    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031