samedi 18 août 2018


The Last Movie
posté par Professor Ludovico dans [ Les films ]

Le Dernier Film. Rarement film n’aura aussi bien porté son nom, puisque The Last Movie est le suicide artistique, et donc le (quasi*) dernier film de Dennis Hopper, l’un des surdoués d’Hollywood, un esthète, mais aussi une tête brûlée, comme seule l’Usine à Rêves sait en produire …

Après le succès – aussi phénoménal qu’incompris – d’Easy Rider, le nouvel Hollywood était prêt à dérouler, à l’aube des années 70, le tapis rouge à Dennis Hopper. The Last Movie est un film maudit, mais aujourd’hui on sait pourquoi. Il passe à la Filmothèque, et le cinéphile a l’occasion de comprendre l’échec tant critique que public.

The Last Movie est en effet totalement incompréhensible dans son histoire comme dans son propos. On finit par saisir, par bribes, que le film raconte l’histoire d’un tournage de western au Pérou et ses conséquences la population locale. En l’occurrence – la belle idée du film – que les locaux, découvrant pour la première fois le cinéma, décident d’en poursuivre la magie après le tournage, en bricolant avec des roseaux des simili- caméras, simili-projecteurs et tutti quanti. Dennis Hopper, qui assure aussi le premier rôle, reste sur place, participe au simili tournage et manque d’être sacrifié, finit par chercher de l’or, couche avec une petite amie prostituée puis avec une grande bourgeoise américaine insatisfaite. Bref, tous les clichés seventies sont là, mais n’est pas Antonioni qui veut. Les frustrations de l’époque peuvent donner tout aussi bien Théorème que Persona.

On se peut s’empêcher, bizarrement, de penser à Apocalypse Now … Si les histoires n’ont rien à voir, il y a des similitudes thématiques ; l’intrusion de l’occident et de sa technologie chez des peuples paysans, la frustration sexuelle, l’utopie, etc. Les conditions de tournage furent dantesques dans les deux cas… Mais à la fin, il y avait Coppola, et il avait quelque chose à dire, ce qui manque cruellement à The Last Movie.

* Les suivants seront faits tardivement, sous haut contrôle des majors, mais pas inintéressants : Hot Spot, Colors, sans l’innovation de ses premiers films


2 commentaires à “The Last Movie”

  1. La professora écrit :

    Préparez votre, préparez votre pâte
    Dans une jatte, dans une jatte plate
    Et sans plus de discours
    Allumez votre, allumez votre four
    Prenez de la, prenez de la farine
    Versez dans la, versez dans la terrine
    Quatre mains bien pesées
    Autour d’un puits creux,
    Autour d’un puits creusé
    Choisissez quatre,
    Choisissez quatre œuf frais
    Qu’ils soient du matin faits
    Car à plus de vingt jours
    Un poussin sort,
    Un poussin sort toujours
    Un bol entier, un bol entier de lait
    Bien crémeux s’il,
    Bien crémeux s’il vous plaît
    De sucre parsemez
    Et vous amalga, et vous amalgamez
    Une main de, une main de beurre fin
    Un souffle de, un souffle de levain
    Une larme de miel
    Et un soupçon, et un soupçon de sel
    Il est temps à, il est temps à présent
    Tandis que vous,
    Tandis que vous brassez
    De glisser un présent
    Pour votre fian, pour votre fiancé
    Un souhait d’a
    Un souhait d’amour s’impose
    Tandis que la, que la pâte repose
    Lissez le plat de beurre
    Et laissez cuire,
    Et laissez cuire une heure…

  2. La professora écrit :

    Erreur d’adresse : ce commentaire était destiné à la critique sur peau d’âne

Votre réponse



septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930