jeudi 1 janvier 2009


Le naufrage des BOATS
posté par Professor Ludovico dans [ Le Professor a toujours quelque chose à dire... -Pour en finir avec ... ]

L’avalanche de biopics et autres BOATS, (Based On A True Story),nous oblige à nous pencher sur le phénomène : rien qu’en 2008, nous avons eu les bios de Mesrine, La Bande A Baader, Bush, Coluche, Charlie Wilson, Into the Wild, sans parler de L’Echange et de Gomorra (based on true stories) et encore, je ne parle que ce que j’ai vu.

Les BOATS, c’est le dernier avatar de la déroute scénaristique hollywoodienne, et, par effet de ricochet, française. Après avoir, au mitan des années 70, abandonné les thématiques adultes suite au tsunami Lucas-Spielberg, après avoir cherché le « renouveau » (sic) dans les remakes, sequels, prequels, les franchises, les adaptations calamiteuses de séries TV, puis de superhéros, desormais, le puits de pétrole Hollywood est à sec. Ses auteurs sont partis sous des cieux artistiquement plus cléments : la télévision.

Que reste-t-il alors, sinon la réalité toute nue ?

Au début de Mesrine, il y a cet avertissement de Jean-Francois Richet : « Tout film comporte une part de fiction ». Hein ? seulement une part ??? Mais, mon petit JF, tout ton film est une fiction ! À 100% !

Croyant se protéger de tout reproche futur sur la véracité de son film, Richet abdique là ses droits inaliénables de conteur. Un film, ce n’est QUE de la fiction. Rendre la vérité est impossible, et le réalisateur doit au contraire s’emparer de cette réalité, et la contraindre à ses propres désirs.

Même si elle succombe, elle aussi, aux joies du biopic, la tele l’a compris : elle s’est emparée de l’actualité ; et de la réalité. Offrant aux téléspectateurs toujours plus de télé-réalité, elle a aussi induit encore plus de réalité dans ses séries. Mais elle n’a pas abdiqué ses droits de raconter une histoire. Au contraire, elle utilise la « vérité », pour la tordre à ses histoires. L’histoire de Baltimore aujourd’hui (The Wire), l’histoire d’un commissariat (NYPD Blue), l’histoire d’une famille (Nos Enfants Chéris, ou les Sopranos), tout ça est évidemment basées sur des histoires vraies, mais au service d’une histoire fictive. Les personnages y sont rois, l’intrigue prime sur la soi-disant réalité, le soi-disant « réalisme », mot dévoyé pour éviter de réfléchir à son intrigue.

Le phénomène, en vérité, n’est pas si nouveau que pas : les années 60 ont subi un enthousiasme délirant pour les films sur la seconde guerre mondiale, souvent adapté de récit d’histoire vraies, de vétérans ou de correspondants de guerre. Le Jour le Plus Long (adapté du best seller de Cornelius Ryan) est un exemple extrême de BOATS, puisqu’il s’appuie sur une myriade d’histoires vraies. Evidemment, au final, c’est un bien mauvais film, très éloigné d’une quelconque réalité. Les allemands sont des gens stricts qui ne croient pas au débarquement, et qui sont empêtres dans leur discipline de fer, les américains des gars cools et courageux. On sait que la réalité fut un peu plus complexe, mais le film fut un énorme succès. Il n’est quasiment plus regardable aujourd’hui, et on peut aisément le comparer à un vrai classique : Les Canons de Navaronne. Voilà un grand film, basé sur une île et des canons qui n’ont existé que dans l’imagination de l’écrivain Alistair Mc Lean. Mais les personnages, l’enjeu terrible, la trahison, en font une grande histoire.

Il est notable par ailleurs, que la mention « inspiré d’une histoire vraie » n’ouvre jamais une comédie, genre, Le Dîner de Cons. Pourtant ce film-là, comme plein d’autres, est très probablement basé sur des histoires vraies. C’est probablement que la comédie n’a pas pour objectif de « kidnapper » la volonté du spectateur. Elle laisse le spectateur rire, ou non, des péripéties.

Il y a quand même un BOATS qu’on peut recommander, c’est Une Histoire Vraie, de David Lynch. Un film qui ironiquement selon Lynch, commençait par la mention honnie : « inspiré d’une histoire vraie ». C’était pour mieux s’en débarrasser, puisque le titre originel, A Straight Story, une histoire droite, faisait référence au héros véritable de cette « story », Alvin Straight. Chez Lynch, il y avait à la fois la volonté de faire ce pied de nez à la réalité, avec une histoire tout sauf straight (un type traverse les USA en tondeuse à gazon), mais aussi de raconter une histoire simple, hors de l’univers lynchien habituel, sans se trahir lui-même.

C’est tout ce qu’on souhaite aux BOATS en 2009 : parler de la réalité si vous voulez, mais gardez-nous cette part de rêve qui nous fait encore aller au cinéma…


2 commentaires à “Le naufrage des BOATS”

  1. CineFast » Valkyrie écrit :

    […] Plat du Jour. Bien fait mais sans plus, le film sombre de toutes façons comme n’importe quel BOATS : on sait comment ça va finir […]

  2. CineFast » La Chute écrit :

    […] surtout, La Chute se révèle un excellent film. D’abord, La Chute est un BOATS, qui évite les icebergs habituels du genre. Tirée d’une histoire vraie, adapté de l’excellent livre de Joachim Fest*, et des […]

Votre réponse



juin 2019
L M M J V S D
« Mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930