dimanche 6 avril 2014


Flight
posté par Professor Ludovico dans [ A votre VOD -Les films ]

Quel étrange film que voilà ! Un film qui commence mal, finit mal, mais est passionnant le reste du temps. Bien fait, bien joué, et profondément américain dans sa façon de voir les choses, tout en proposant une étonnante ambiguïté.

Dès le début, pourtant, on s’inquiète voir Denzel Washington en commandant de bord, fumer, boire, sniffer un rail de coke en compagnie d’une hôtesse de l’air complètement à poil, oui, full frontal, vous avez bien lu le Professore. Le lecteur habitué de ces colonnes sait qu’il y a quelque chose qui cloche. Denzel, notre Denzel, Mr USS Alabama, Coach Boone du Plus Beau des Combats, Malcom X chez Spike Lee, Mister Right en personne, fidèle à sa femme au point de refuser d’embrasser ses partenaires, protestant dévot (Le Livre d’Eli), pris en pleine fornication et abus de boisson ? Hypothèse immédiatement avancée par la Professora : rédemption puissance 10 garantie à la fin du film. Surtout qu’on enchaîne avec un deuxième personnage (interprété à la hache par Kelly Reilly, débarquant de chez Klapisch) : une photographe devenue junkie, qu’on imagine, par on ne sait quel revers de fortune, rencontrer notre Denzel.

Bref, notre commandant de bord prend son envol, reprend un petit coup de bibine (visiblement tout le monde est au courant) et décolle en plein tempête. L’avion, mal entretenu, perd alors une pièce. Part en vrille. Mais Denzel, tout bourré qu’il est, manœuvre comme un chef. Tandis que tout le monde est pris de panique, se met à prier et à appeler la petite famille pour lui faire ses adieux, Denzel redresse l’avion, le fait voler sur le dos, l’écarte des zones habitées et finit par le crasher sans trop de dégâts (2 morts quand même).

Et c’est là que le film devient passionnant : car au lieu de débiter l’habituel film de procès, Zemeckis dessine le portrait d’un homme rebelle, pas du tout en lutte avec lui-même (du moins en surface), très pragmatique, voire hautain. Je n’ai rien à me reprocher, j’étais saoûl, certes, mais j’ai sauvé l’avion et la plupart des passagers, et l’avion était défaillant. Et je n’ai pas peur d’un procès, car il me donnera raison.

Mieux, quand la compagnie, le syndicat des pilotes, les amis, tentent le damage control, Denzel se rebiffe. Il n’a peur de rien. Là où l’on s’attendait à une figure classique de la rédemption : de rédemption, point.

A partir de là on bascule dans un autre film, et un personnage rarement vu dans le cinéma US grand public. Un noir, alcoolo, absolument pas en quête de rédemption, et convaincu de son bon droit. Et même si ce personnage va subir une évolution toute prévisible, celle-ci n’intervient qu’en toute dernière fin, laissant à Zemeckis le temps de développer confortablement ce personnage étonnant, interprété magistralement par Washington. Car s’il est capable du pire (Training Day, Déjà Vu, Le Livre d’Eli) mais aussi de performances extraordinaires.

Rien que pour lui, il faut jeter un œil à Flight.


Un commentaire à “Flight”

  1. Ludo Fulci écrit :

    Putain ! (oui, je sais, c’est un peu vulgaire) … On est complètement en phase ! Ca + « Her » (chronique à venir ?), c’est énorme ! Oui, ce film est un OVNI, 50% film très consensuel (possibilité d’une rédemption donc, avec Denzel aux commandes, l’acteur black que tout le monde adore, le Sidney Poitier des années 2000), 50% film « rebelle » (la défonce, c’est rigolo, comme l’incarne parfaitement le toujours très drôle J. Goodman, même si celui-ci pourrait se voir offrir des rôles un peu différents, juste pour voir …) … Et c’est vraiment tous publics : je l’ai offert à ma mère qui était dubitative au départ et qui a vraiment bien aimé au final …

    PS : pas d’accord avec toi sur Training Day, qu’est-ce qui te plait pas dans ce film ? Pour le coup, Denzel fait ce que Cruise fait avec Collateral : il OSE enfin jouer autre chose, enfin un rôle de méchant, ce que Harrison Ford ou Tom Hanks n’ont jamais fait par exemple … et je le trouve convaincant … le film est nerveux et le personnage de Denzel n’est pas si caricatural que ça puisqu’on ne parvient pas à le trouver antipathique …

Votre réponse



février 2024
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829