mardi 24 juillet 2012


Batman Begins
posté par Professor Ludovico dans [ Les films ]

Bon alors, Batman commence… Dès le début, on est pris par ce sentiment ambivalent qui ne nous quittera plus, entre ce que Nolan a de bon (une très grande maîtrise technique) et de moins bon (ce sens du truc qui ne tient pas debout.)

Donc voilà notre Bruce Wayne qui a perdu ses parents à cause de sa phobie des chauves-souris. Il veut se venger, mais n’y arrive pas, alors il décide de devenir lui-même un bandit (J’avoue avoir lâché à cet endroit précis…) Bandit, oui, mais en Chine ??? Mais il est récupéré par Liam Neeson qui lui propose de rejoindre une secte Ninja, dont le but millénaire est de détruire les grandes cités corrompues (Babylone, Rome… Gotham), c’est bien, y’en a qui suivent !

Notre gars Bruce accepte, jusqu’au jour où on lui demande de prouver son courage en tuant de ses propres mains un assassin, mais là, Bruce Wayne, il est pas d’accord ! Il est très en colère, mais c’est dans le fond un américain humaniste. Bruce détruit Shangri-La et tous ces salopards de Ninjas et retourne gérer la boite à papa, dirigé par Rutger Hauer (ça sent l’embrouille). Mais Bruce rencontre un tas de gens sympas prêts à l’aider, en souvenir de papa Wayne, qui était une sorte de bienfaiteur de l’humanité des temps modernes. Du majordome (Michael Caine), au super ingénieur (Morgan Freeman), tout le monde aime Bruce.

Toute cette mise en place du mythe Batman est pas mal du tout, mais ça tourne vinaigre quand on passe aux scènes d’action : car les méchants débarquent, avec leur plan machiavélique : lancer une drogue de panique à travers toute la ville. Je vous la fait courte, Batman pétera la gueule à tout ce petit monde et ramènera l’ordre, non sans se poser quelques questions existentielles…

Où est la fameuse touche Nolan dans tout cela ? Eh bien, évidemment, dans cette couche philosophico-politique qu’il superpose aux trépidantes aventures de notre héros en collant noir. Et cette partie est tout à fait réussie : bien filmée, mise en scène parfaitement jouée par ce casting extraordinaire que la franchise a réussi à recruter. Autre apport : le scenario façon Nolan, c’est-à-dire tout emberlificoté dans ses fameux flash-backs, qui cachent un peu la misère.

Car pour le reste, non seulement les combats sont confus, et Christian Bale parfaitement ridicule avec sa grosse voix de Batman, mais ça reste du pur Batman, c’est à dire à dormir debout. Le Professore appelle ça du Cinéma de Petit Garçon : « On dirait que Batman il aurait été fait prisonnier par le Dr Crane, mais il arrive à s’échapper, sauf que sa Batmobile, elle a été sabotée !!! »

Bref, on rigole bien, mais il ne faut pas prendre les vessies du Professore pour une Laterna Magica.


3 commentaires à “Batman Begins”

  1. CineFast » Batman begins, returns, rises écrit :

    […] Begins The Dark Knight The Dark Knight Rises Comments […]

  2. CineFast » The Dark Knight Rises écrit :

    […] septembre, qui cherche à se faire peur : ce Cinéma de Petit Garçon que nous postulions dans Batman Begins, et qui prend ici une amère […]

  3. CineFast » The Dark Knight écrit :

    […] qui remue autant les foules autour de Batman ? On en parle ici, mais le succès colossal de l’épisode 2 est intriguant. Il y a bien sur la performance du […]

Votre réponse



avril 2019
L M M J V S D
« Mar    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930