lundi 8 avril 2013


The Place Beyond the Pines
posté par Professor Ludovico dans [ Les films ]

Attention, un cinéaste est en train de naître. Voire même, un cinéma (le cinéma indépendant) en train de renaître. Dans la veine de Martha Marcy May Marlene (tourné dans ce même état de New York), de Blue Valentine, de Cogan : Killing Them Softly, The Place Beyond the Pines est un cinéma qui ne renonce à rien : ni à raconter l’Amérique telle qu’elle devient, ni à filmer une esthétique qui servirait un propos, ni à l’élégance d’un scénario classique que viendrait enluminer de multiples performances d’acteurs.

C’était déjà le cas de Blue Valentine, le précédent film de Derek Cianfrance qui interrogeait le couple. Ici, on parle famille, filiation, Bien et Mal. Et de leurs évolutions au travers du temps, le Grand Destructeur – ou le Grand Rénovateur.

Le temps passe vite, dans les films de Cianfrance, ou très lentement. Ici, on suivra les déambulations de Luke Glanton, cascadeur de fête foraine, et troublemaker.

Il ne faut absolument pas en dire plus, sous peine de gâcher le grand plaisir des films de Cianfance, qui sont comme toujours des parcours de rédemption ou de damnation. Cianfance nous offre sur un plateau ses rebondissements, les plus beaux et les plus tristes qui soit – ceux de la vie.

Servi par un gratin d’acteurs : Ryan Gosling, Bradley Cooper, Ben Mendelsohn (Cogan), Eva Mendes (dont on oublie qu’elle est une excellente actrice avant d’être un sex symbol), Harris Yulin (le flic corrompu de Scarface), Dane DeHaan (futur di Caprio vu dans Chronicle)…

Ajoutez la musique, toujours superbe chez Cianfrance, comme ce Dancing in the Dark magnifié :This gun’s for hire even if we’re just dancing in the dark

Des films intelligents, Hollywood continue d’en produire. Et c’est une sacrée bonne nouvelle.


Un commentaire à “The Place Beyond the Pines”

  1. Ludo Fulci écrit :

    J’ai beaucoup aimé : les 2 acteurs adultes sont comme toujours au top, les 2 jeunes dont un sosie de Joaquin Phoenix ?! sont épatants … une précision (de taille) : la bande-annonce est un modèle du genre, elle te donne envie, te fait croire que tu vas assister à une histoire … qui n’est pas la vraie histoire. Bref, 1000 fois mieux qu’une bande annonce qui te résume l’histoire en 2 minutes ou qui te fait un best of des meilleures scènes …

Votre réponse



septembre 2019
L M M J V S D
« Août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30