jeudi 5 avril 2012


John Carter
posté par Professor Ludovico dans [ Les films ]

Sur les bons conseils de l’ami Conrad, The Renaissance Man, je suis allé voir John Carter. Enfin, les bons conseils… Pour être parfaitement honnête, j’ai monnayé ma présence à cet événement culturel. Comme tout le monde, j’avais vu la bande annonce, ses Jar-Jar Binks verts à quatre bras, ses vaisseaux spatiaux en forme de libellule, et son intrigue faite du plus fin parchemin martien. De plus, les nouvelles du pays natal étaient mauvaises : Disney collait dans ces comptes 150M$ de pertes, et l’imputaient à ce pauvre John. C’est salaud, mais c’est comme ça, la compta…

Ma motivation, si jamais il y en eu une, était désormais à zéro. Mais le Professore est vénal, et acceptait donc de se faire sponsoriser. Ma place serait remboursée si jamais le chef d’œuvre n’était pas au rendez-vous. En professionnel des loisirs et du jeu d’argent, je savais que ce pari était très probablement gagnant, la cote du pauvre Conrad s’étiolait de jour en jour, et moi j’allais ajouter un film à ma liste qualificative du Topten.

Gratos.

Conrad cassait son PEL, en vue de payer les 12 euros 90 du Gaumont Parnasse, plus la somme modique de 1 euro pour m’offrir des lunettes 3D. Encore un indice de cote à la baisse, car comme chacun sait 3D=caca.

Bon, bref, me voilà donc mal installé, lunettes sur les yeux, avec une mangeuse bruyante de pop corn à côté, et une hideuse bande annonce de Titanic 3D en apéritif.

Et le film commence.

Mal.

Une scène de bagarre sur une Libellule de Combat où on ne voit rien, because la 3D + confusion cinégénique. Et les rigolades ne tardent pas à fuser :

– « Les Therns de Barsoom attaquent la cité d’Hélium, Grand Jeddak ! »

Sans déconner.

Mais hop, un petit flash-back western. 1881, le jeune Burroughs (allusion à l’auteur d’Une Princesse de Mars), touche un héritage. Des millions de dollars, et un livre, les souvenirs de son oncle, John Carter.

Hu,Uh…

C’est là que commence John Carter, le grand film d’aventure d’Andrew Stanton. Et il ne va pas vous lâcher. Car à ma grande surprise, John Carter va nous scotcher jusqu’à la fin, sans pour autant se départir de son esthétique pulp.

C’est quoi, le pulp ? Un papier, de mauvaise qualité, destiné à l’impression de romans de gare publiés dans les années 20-30. C’est là que va naître la science-fiction, les Astounding Stories et autre Weird Science. Les premiers écrivains pulp mêlent science-fiction, princesses déshabillées à forte poitrine, héros musculeux sabre à la main, et anciennes civilisations extraterrestres. Flash Gordon, John Carter, Conan le Barbare, naissent à ce moment-là. Et satisfont une clientèle mâle en peine d’exotisme et d’érotisme. Edgar Rice Burroughs, avant Tarzan, une version édulcorée de l’homme en slip panthère, crée le cycle de Barsoom, les aventures de John Carter.

Le génie d’Andrew Stanton, c’est de payer sa dette à cet univers-là, comme il en rêvait parait-il, depuis de nombreuses année… C’est ensuite d’en faire une tragi-comédie, tout en respectant les canons du genre. Pendant 2h, il ne lâchera rien : les costumes ringards, les épées en plastique, la princesse un peu trop plantureuse, et l’acteur principal qui s’appelle Kitsch. Il y a même le chien, martien, à huit pattes, qui s’appelle Woola. C’est ce qui s’appelle une course à handicap.

Mais pourtant, Stanton va créer un personnage, John Carter, rebelle sans cause, soldat perdu qui a déjà tout perdu, et n’a aucune raison de prendre parti dans cette guerre des Bleus et des Rouges. Il va nous attendrir sur le sort de Dejah Thoris (la bombasse qui a abusé des cheeseburgers martiens), et qui ne veut pas se marier avec son ennemi Sab Than. Même si cela amène la paix, car elle est convaincue que cela déclenchera la guerre. Il va même nous émouvoir sur une relation père fille entre Thrak, les fameux Jarjarbinks martiens dont nous nous gaussions au début de cette chronique. Et il va, enfin, magnifiquement réussir à retomber sur ses pieds dans le final. Comme chacun sait, ce qui compte, c’est souvent la conclusion.

Voilà donc un OVNI ; un film de SF à gros budget qui n’espère pas vendre de peluches ou de Happy Meal, une ode au pulp matinée de réflexions philosophico-écologistes, un casting au rabais, mais avec de vrais personnages, un univers improbable mais des dialogues fins et drôles…

Au final, un incident industriel qui n’aura pas trouvé sa cible. Les fans de Burroughs sont peu nombreux (et n’y sont pas allés), les autres ont trouvé la GCA un peu fort de café.

Dommage, nous ne retournerons donc pas de sitôt sur… Barsoom !




jeudi 5 avril 2012


Magie d’Internet
posté par Professor Ludovico dans [ Le Professor a toujours quelque chose à dire... -Les films ]

Voilà des années que je cherche des pépites de nostalgie CineFastienne, et pop ! Internet me les livre sur un plateau. Il a suffi de taper dans Google « film base polaire singes » et « film bateau diable triangle Bermudes » pour que je retrouve la mémoire : Terreur dans la Montagne et Le Triangle du Diable. Deux téléfilms en fait, mais qui m’ont profondément marqués à l’époque.

Terreur dans la Montagne raconte, à mi-chemin entre The Thing et La Quatrième Dimension, l’histoire d’une base scientifique (non pas au pôle, mais à la montagne) qui conduit des expériences sur des singes et dans laquelle de mystérieux incidents surviennent. Bon, je crois que je vous ai déjà tout dévoilé ! Il me reste le souvenir, si j’ose dire glaçant, le bruit de du vent gelé qui pénètre dans la base, et la dernière scène, où une porte se referme sur le héros et qu’apparait derrière la vitre, enfin, son meurtrier.

Le Triangle du Diable raconte pour sa part comment un couple, en croisière dans le Triangle des Bermudes qui recueille un rescapé à son bord (non, ce n’est pas Calme Blanc). Ce naufragé n’est autre que le diable, qui a la faculté de prendre de multiples visages (non, ce n’est pas Le Témoin du Mal). Là encore quelques plans me hantent, dont le dernier, le diable s’échappant de son dernier forfait pour être recueilli par hélicoptère où il prend le visage d’un… Prêtre ! Et aussi le plan d’un espadon empaillé, qui réservera un sort atroce à l’un des infortunés passagers.

Merci Google, merci IMDb, merci Wikipedia !




mercredi 4 avril 2012


Chroniques de désastres annoncés
posté par Professor Ludovico dans [ Hollywood Gossip -Le Professor a toujours quelque chose à dire... -Les films -Pour en finir avec ... ]

C’est un des fardeaux du CineFaster ; sentir les viandes faisandées avant qu’elles n’arrivent chez votre boucher local, MK2 ou UGC…

Deux exemples qui ne sentent pas bon en ce moment : Twixt et Sur la Piste du Marsupilami. Twixt, c’est le nouveau Coppola. Dans notre beau pays où il-n-y-a-que-des-artistes-et-pas-d-odieux-producteurs, on s’efforce de croire qu’il existe encore un Artiste Maudit appelé Francis Ford Coppola. Pourtant, il n’a réalisé que deux véritables chefs d’œuvres, Le Parrain et Apocalypse Now!, et quelques films intéressants, Rusty James, Conversations Secrètes, Cotton Club ou Jardins de Pierre.

Cette fois-ci, le mangeur de spaghetti et viticulteur nous revient avec une sorte de polar mystique, avec comme tête de gondole Val Kilmer version Maïté (110kg), Twixt ! Un film craspec tourné en vidéo HD et avec des images-qui-font-peur-façon-Tim-Burton. Indice de tomates pourries dans la cagette : 90%.

L’autre, c’est la comédiepourenfantsfaçonalainchabat, Sur la Piste du Marsupilami. Là, plusieurs indices concordent : une bande annonce bien pourrie, très années 60, avec des gags rances qui font pas trop peur aux mamans, et une campagne de pub au contraire un peu trash, avec quelques sous-entendus sexuels douteux en vue des spectateurs visés ; mais surtout, nous disposons, en direct de Notre Agent au Kremlin, d’informations de première main sur le budget « images de synthèse », raboté par la production. Pas de bol, c’est le seul moment un peu magique de la bande annonce.

Après, c’est vous qui voyez…




mercredi 4 avril 2012


Blackout
posté par Professor Ludovico dans [ Le Professor a toujours quelque chose à dire... ]

Chers CineFasters,

Vous êtes resté 72h sans votre boussole cinéphilique, et soyez en assurés, c’est bien malgré nous. Pour d’obscures raisons informatiques, qu’il serait fastidieux d’expliciter ici, et malgré les efforts déployés par le Snake au cœur même de son week end, le site vient seulement d’être rétabli.

On espère que vous n’en avez pas trop été affectés et que vous en avez profité pour aller au cinéma. Nous en avons consacré ce temps libre, pour notre part, à écrire quelques chroniques qui vont débouler dans les heures qui suivent : Marsupilami, John Carter, et peut-être même une analyse pointue de The Social Network (encore !), L’Année du Dragon… préparez les pop corn !

Bref CineFast is back, Never Give up, Never Surrender !




avril 2012
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
« Page précédente
Suivants »