samedi 28 mai 2016


Le foot, c’est pas un sport de gonzesses (tragédie du penalty)
posté par Professor Ludovico dans [ Le Professor a toujours quelque chose à dire... ]

Le foot, même féminin, ça reste du foot. Et on a beau détester l’OL, Jean-Michel Aulas et compagnie, on regarde cette Finale de Ligue des Champions pour ce qu’elle est : de la dramaturgie à l’état pur.

Entre parenthèses, « on » pourrait la gagner. « On » parce que nous voilà soudain lyonnais quand on est en finale de la LDC, comme on devient fan de hand quand on une chance, nous français, de gagner quelque chose.

Certes, ça joue moins fort, ça court moins vite, ça rate des têtes que Cavani arriverait à mettre. Et si on a du mal à comprendre ces couettes blondes qui flottent au vent, ces maquillages waterproof et ces amortis de la poitrine (mais ça vous fait pas mal, les filles ??), on est pris par la dramaturgie du foot.

Il reste deux minutes et les lionnes résistent aux louves de Wolfsburg. Un à zéro. Mais comme d’habitude dans le football, – et c’est bien ça qui fait que vous êtes en train de regarder cette page -, il reste toujours quelque chose à espérer. Pour les Allemandes, que la goal rate l’interception sur ce centre. Et c’est exactement ce qui arrive : un partout. Et voilà que resurgissent tous les scénarios qui sont gravés dans la tête du supporter, ces milliers de matches déjà gagnés ou perdus dans les mêmes circonstances ; on pense à France-Italie, 2 juillet 2000, Feyenoord Stadion. Les italiens qui rebouchent le champagne, Wiltord et Trézeguet. Elles doivent être sens dessus dessous, nos lyonnaises, et maintenant elles vont perdre.

Elles passent quand même les prolongations et nous voilà aux tirs au but. Et malgré que ce soit globalement décrié dans le monde du foot, c’est ça que je préfère. Le drame, poussé à son paroxysme. La tragédie. 100 % de psychologie, 0 % de technique. Et ça ne rate pas, ou au contraire, ça rate. Les lyonnaises ratent leur premier péno et se mettent dans la pire des situations. Mais c’est Sarah Bouhaddi, la goal, qui sauve deux penalties et Saki Kumagai qui donne la victoire à l’OL. C’est ça le football, depuis toujours et pour toujours. Le foot, c’est pas un sport de gonzesses. Même le foot féminin.




samedi 21 mai 2016


El Topo
posté par Professor Ludovico dans [ A vos DVD -Les films ]

On poursuit notre exploration Jodorowskienne sur OCS avec El Topo, le western métaphysique du mexicain qui y développe ici (avant La Montagne Sacrée) ses obsessions sexuelles, magiques, et religieuses. Ici le réalisateur incarne lui-même le héros, un cow-boy solitaire tout de noir vêtu, avec son fils (premiers sévices cinématographiques d’une longue liste imposés à Brontis Jodorowsky) qui rencontrent des méchants, quatre « maîtres » qu’il doit tuer les uns après les autres, obéissant en cela à deux très belles jeunes femmes (Jacqueline Luis et Mara Lorenzio, qu’on verra nues faire l’amour, pas d’inquiétude).

El Topo, c’est très sanglant, très symbolique, très philosophique, un Sergio Leone sous acide, un choc à l’époque qui lui valut le titre de premier des films cultes, mais à vrai dire un peu ennuyeux, et moins fort que La Montagne Sacrée qui viendra trois après…




mardi 17 mai 2016


Girls saison 4
posté par Professor Ludovico dans [ Séries TV ]

Il n’en faut pas beaucoup à cette série pour nous convaincre qu’elle fait partie des plus grandes. Nous avons regardé huit épisodes en se demandant si ce n’était pas la fin de série. Il a suffit du finale – des trois derniers épisodes, en fait – pour nous convaincre du contraire.




dimanche 15 mai 2016


La Montagne Sacrée
posté par Professor Ludovico dans [ A vos DVD -Les films ]

Depuis Jodorowsky’s Dune, nous voulons définitivement voir les films du mexicain fou. Midnight movies nous avait fait saliver avec El Topo, mais là, c’est décidé, on les veut, les Jodo. Grâce à de sombres négociations avec les plus hautes instances de Canal+ (le Service Client), nous avons pu obtenir quatre mois gratuits d’abonnement à OCS.

C’est l’occasion de fouiller dans le catalogue à la demande et bingo, il y a trois films de disponibles : El Topo, La Danse de la Réalité. Nous penchons pour le plus mythique, le plus barré, La Montagne Sacrée. Et nous ne sommes pas déçu du voyage, car s’il existe un film incroyable, c’est bien celui-là.

Où trouverez-vous une reconstitution de la Conquête du Mexique avec des crapauds déguisés (sic) en conquistadors et des caméléons dans le rôle des Aztèques ? Dans La Montagne Sacrée, bien sûr. Où trouverez-vous de la merde changée en or ? Jésus-Christ changeant de vie grâce au Tarot ? Et des policiers défilant avec des crucifix de poulets sanglants ? Des flics et des manifestants dansant un slow ? Dans La Montagne Sacrée, bien sûr.

Le scénario est foutraque, il n’y a pas d’histoire, mais du cul et du LSD à la place. Mais dans chaque image, il y a une idée. C’est pour ça qu’il faut escalader La Montagne Sacrée.




dimanche 8 mai 2016


Spotlight
posté par Professor Ludovico dans [ Les films ]

Les bonnes intentions ne suffisent jamais à faire un film. On vient de voir Spotlight, avec un peu de retard, mais c’est une déception. Pourquoi ? Parce qu’on l’impression de voir un vieux film. Un film-procès avec Yves Montand, prêt pour Les Dossiers de l’Ecran. Et si l’on ne peut qu’adhérer au propos – la dénonciation des prêtres pédophiles de Boston – on ne va pas au cinéma pour voir un documentaire.

Ici avec beaucoup d’efforts, on essaie de fictionnaliser ce documentaire. Les acteurs s’échinent à faire passer les infos pédagogiques dans les dialogues : « Ça veut donc dire que… ? » « Ça prouve que le… ? » « Il est donc impossible que le cardinal ne le … ! »

Voilà la pauvreté cinématographique de Spotlight. Interminables enquêtes, journalistes au travail, pauvres lumpen-victimes. A Spotlight, on ne s’ennuie pas vraiment, mais ce n’est pas vraiment intéressant non plus.

Comme dit Hitchcock, on aurait aimé que rien ne soit dit, et que tout nous soit montré.




jeudi 5 mai 2016


Wings
posté par Professor Ludovico dans [ A vos DVD -Les films ]

La cinéphilie, c’est une maladie qui ne se soigne pas. On aime détester les Oscars, mais on a dans son bureau un joli poster avec les affiches de tous les films ayant remporté la statuette. Chacun commente : Celui-là je l’ai vu…celui-là je l’ai pas vu, c’est bien ? Évidemment, plus on remonte le temps, moins on a de chances d’avoir vu les premiers films de l’histoire du cinéma. Le premier, c’est justement Wings, Les Ailes, William Wellman, muet. Oscar 1929, premier du nom.

Le pitch : la vie acrobatique des as de la première guerre mondiale. Ou comment de jeunes américains ont fait deux folies à la fois : s’engager dans l’armée pour finir cette guerre atroce de l’autre côté de l’Atlantique. Et piloter des coucous en toile tendue, que personne n’ose plus piloter aujourd’hui.

Subitement, ça passe sur TCM, et il FAUT qu’on le voie, pour le seul de plaisir de cocher l’affiche sur le poster, dans le bureau « Je l’ai vu ». Ce sentiment de complétude, unique, qui fait la joie du collectionneur.

Cinéphilie, aviation, première guerre mondiale : on est en terrain connu, ça sent le théorème de Rabillon. Mais on découvre une quatrième raison : Wings, c’est un des premiers chefs-d’œuvre du cinéma.

L’intrigue amoureuse est évidemment très datée : deux amis aiment la même femme (Jules et Jim en SpadVII). On découvre au passage ce qu’était le cinéma avant le code Hays : de la nudité, des femmes et des hommes qui s’embrassent, et une début d’orgie.

Mais le principal intérêt de Wings, c’est une incroyable reconstitution des combats terrestres et aériens de la Guerre 14. Une œuvre à grand spectacle. 55 avions, 300 pilotes (pour la plupart d’anciens as), 3500 figurants réquisitionnés par le Kubrick du muet pour reconstituer des dogfights réalistes, et la bataille de Saint-Mihiel, pendant neuf mois de tournage.

Et cette bataille n’est pas seulement gigantesque, elle est aussi magnifiquement filmée. Par exemple, le décollage filmé bird’s eye, comme si Dieu regardaient Ses Creatures au-dessus des nuages, très poétique… mais aussi les combats où, pour une fois, on comprend ce qui se passe, qui tire sur qui, par exemple. Ce qui est loin le d’être le cas aujourd’hui, il suffit de regarder Baron Rouge ou d’autres films de guerre pour s’en convaincre.

Bref, voilà un Oscar pas immérité.




mai 2016
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031