mercredi 1 mai 2013


Borgia, une saison au vitriol
posté par Professor Ludovico dans [ Séries TV ]

Ça y est, c’est sûr ! On l’avait déjà pressenti, mais le mauvais ragu borgia alla fontana, n’est ni plus ni moins que le vieux bouillon de légumes Oz, sorti du congélateur Levinson/Fontana, réchauffé au micro-ondes Canal+, et légèrement pimenté de gonzesses (un truc qui manquait gravement à l’homoérotique Oz)

On s’en doutait, mais on en a eu la preuve formelle dans les récents épisodes … de l’addiction du Pape. Car Alexandre Borgia, vicaire du Christ, est devenu un junkie du vitriol, et en boit plus que de raison. Loin de moi l’idée de repousser cette intéressante hypothèse, mais c’est le traitement qui a révèle la fainéantise crasse de Monsieur Fontana (et le manque de pouvoir sur lui de Canal+, son bailleur de fonds).

Car l’addiction est traitée à la Oz, très trash (vomissures, et autres plans scatologiques), très violent, bref, le parfait attirail pour choquer le bourgeois et creuser la veine du catholic bashing. Ce qui fonctionne parfaitement dans l’univers confiné et contemporain d’Emerald City, la « prison modèle » de l’Oswald Correctional Center, mais qui n’a aucun sens dans le Vatican de la Renaissance.

Dès lors, les autres signaux de la Grande Photocopieuse sont partout : gros plans en grand angle, steadicam défoncée à la cocaïne, personnages gesticulant dans tous les sens et assenant les rebondissements au spectateur. Tout ça marche parfaitement dans Oz, et pas du tout ici. Car l’on voit bien que le propos est bien plus haut. Fontana, malgré la provoc, a lu Machiavel, il a des choses à dire, et il utilise un personnage pour le faire passer : Cesare. Les Borgia, c’est tout simplement Le Prince pour les Nuls : comment conquérir le pouvoir, le maintenir, unifier l’Italie, créer les fondations d’une nouvelle famille royale : les Borgia…

Et si les mêmes enjeux de pouvoir sont au cœur des factions de Oz, c’est au service d’un objectif beaucoup plus simple : la survie. C’est à coup sûr ce qui a intéressé Tom Fontana, mais ça ne suffit pas …

 




lundi 16 novembre 2009


2012 : les toilettes sont alignées
posté par Professor Ludovico dans [ Brèves de bobines -Le Professor a toujours quelque chose à dire... ]

On sait qu’on devient vieux quand c’est votre propre fille, la Professorinette, qui vous conseille d’aller voir une GCA, 2012 pour ne pas la nommer. « Il faut que tu le vois Papa, c’est trop bien… Y’a des immeubles qui s’écroulent, et en plus les mayas l’avaient prédit ! » : deux raisons parfaitement cinefasteuses d’aller au cinéma pop-corn que nous défendons ici.

Après, viennent les grandes questions : « Pourquoi ils détruisent le grand bâtiment, à Rome, avec le Pape ? Pourquoi, maintenant, le pole sud, il est dans le Wisconsin ? » Il faut alors expliquer l’obsession du catholic bashing, le positionnement mental du dairy state dans l’imaginaire yankee (le Wisconsin étant leur équivalent de la Creuse)

Il resta néanmoins une interrogation à laquelle même le Professore ne put répondre : « Mais, Papa, pendant tout le film, il disent que la catastrophe, que les mayas avaient prédit, c’est parce qu’en 2012, les toilettes sont alignées ? Pourquoi il faut que les toilettes soient alignées ? »

Il faut que j’aille voir le film, ma chérie…




lundi 1 juin 2009


Anges et Démons
posté par Professor Ludovico dans [ Brèves de bobines -Les films ]

Sacré Dan Brown ! C’est reparti pour deux heures de catholic bashing, à tel point qu’on cherche en vain dans le générique la mention « Aucun catho n’a été blessé pendant le tournage ».

Car résumons : non contents de nous avoir caché qu’Audrey Tautou est l’arrière-petite fille de Jésus, les cathos sont aussi : des carriéristes (« je veux être pape à la place du pape »), incompétents (« les carabinieri osent réfléchir à deux fois avant de désobéir à leur commandant pour obéir pourtant à Tom Hanks !! un CITOYEN AMERICAIN, for god’s sake ! »), ignorants (« Ne connaissez vous donc pas votre propre histoire ? » »), contre le progrès (la foule place St Pierre contre les expériences sur embryon humains), fanatiques (le cardinal refuse d’évacuer la place Saint Pierre, pourtant sous la menace d’une terrible bombe), pas reconnaissants pour deux sous, etc., etc. De même, les italiens sont pas très fut-fut’, les suisses sont fanatiques, les allemands tyranniques, les portugais sont gais, et les espagnols sont gnols. Les gars sympas sont noirs (un cardinal sympa), ou irlandais (le camerlingue, fort bien joué par Ewan McGregor).

Et puis évidemment, il y a les américains, représentés à lui tout seul par Robert Langdon, Tom Hanks en personne. Le decent american guy parfait : intelligent, cultivé, pragmatique, courageux, et… toujours aussi pédé : après Audrey Tautou à qui il ne faisait pas grand mal, le grand duduche passe la journée avec une italienne sculpturale et ne lui parle que de physique quantique…

Mais encore une fois, le paradoxe brownien marche à plein : après deux heures de pilonnage anticatho, le film fait un demi-tour inexplicable, inversant tous les repères du spectateur, et terminant sur l’équilibre nécessaire entre foi et science, et qu’il faut bien pardonner à l’église catholique, car (sic) « Personne n’est parfait ».

Les livres de Dan Brown calent très bien une armoire normande, le film de Ron Howard calera très bien un dimanche soir sur TF1.




samedi 28 juin 2008


Da Vinci Code, le livre
posté par Professor Ludovico dans [ Le Professor a toujours quelque chose à dire... -Les films -Pour en finir avec ... ]

J’ai une fascination pour les mystères. J’ai une fascination pour les cathares, les templiers, les OVNI, le Graal. J’ai aussi, dois-je l’avouer, une fascination pour les succès inexplicables : Bienvenue chez les Ch’tis. Austin Powers. Le Da Vinci Code. Comment ce qui, sur le papier, ne devrait pas marcher devient un succès planétaire ? Comment une œuvre, a priori insignifiante, devient (ne serait-ce que quelques mois) partie intégrante de l’âme d’un peuple ?

La revigorante lecture, il y a quelques années, de Tintin et le Secret de Famille, de Serge Tisseron, m’a ouvert les yeux, sans répondre pour autant à cette question. S. Tisseron s’attache à démonter, vignette par vignette Le Secret de la Licorne, l’une des œuvres majeures d’Hergé. Et démontre que le scénario ne tient pas la route une seule seconde : pourquoi le capitaine de Haddoque s’acharne-t-il à cacher derrière des énigmes (trois messages codés, dans trois maquettes de bateau) l’emplacement d’un trésor qui se trouve tout bêtement… dans les caves de son château ? Y aurait-il quelque chose à cacher ?

Je vous laisse découvrir l’explication proposée par Tisseron, mais peut-on, à la même aune, décrypter le Da Vinci Code ?

J’ai vu le film l’an dernier (critique ici), mais je m’étais toujours épargné de lire le livre. Je refuse, par principe, de perdre une semaine sur 600 pages mal écrites. Mais après un voyage à Rennes-Le-Château, et la lecture de L’Enigme Sacrée, l’envie était trop forte. Je ne le regrette pas, car cette lecture nous plonge dans des abîmes sans fond.

Passons sur ses défauts communément admis (son inculture crasse sur la France, le Louvre, la peinture… Dan Brown en fait un fond de commerce éhonté, prétendant avoir fait des recherches très précises sur ces sujets : « Toutes les descriptions de monuments, d’oeuvres d’art, de documents et de rituels secrets évoqués sont avérées », (Da Vinci Code, p. 7).

Bien sûr, aussi, c’est écrit gros, c’est bourré de clichés, et c’est écrit au lance-pierres. Mais concentrons-nous, plutôt, sur l’essentiel : le scénario.

Un historien (Robert Langdon) et une cryptographe (Sophie Neveu) sont lancés dans une quête du graal de 24 heures à travers la France, l’Angleterre et l’Ecosse. Cette quête leur fera découvrir un terrible secret, qu’un complot de l’église catholique nous cache depuis 20 siècles : Jésus était noble, descendait du roi David, il a eu des enfants avec Marie Madeleine, et ses enfants ont établi en France la dynastie des Mérovingiens. Il ne sont pas seuls à chercher des preuves de ce complot, l’Opus Dei cherche à les récupérer aussi pour les détruire et protéger cette satanée église catholique, ainsi qu’un mystérieux « Maître », dont on découvre l’identité à la fin.

Déjà, on tique. Si ce terrible secret était révélé, qu’est-ce que ça pourrait bien changer ? Les catholiques arrêteraient-ils d’être catholiques ? Et puis, quelque part, comment a-t-on pu conserver ce secret si longtemps, alors que différentes dissidences (coptes, protestants) sont apparues ? Et le Prieuré de Sion, chargé de protéger ce secret (contre l’église catholique), pourquoi n’a-t-il rien révélé ? Pourquoi veut-il le révéler maintenant ? Tout cela est assez invraisemblable. Mais ça devient encore plus intéressant lorsque Langdon lui-même, contredit la thèse même du livre, page 556. « Toutes les religions sont fondées sur des thèses fabriquées (…) et elles aident des millions de personnes à vivre ». Dans ce cas, où est le problème ?

Même retournement final avec Silas, le tueur de l’Opus Dei, montré sous les traits d’un tueur (albinos aux yeux rouges, et aux cheveux blancs, le monstre !) qui s’humanise vers la fin, tout comme son commanditaire. A la fin du livre, on comprend même que la base de cette quête n’avait pas de sens, puisque les supposés sénéchaux irremplaçables du Prieuré sont en fait déjà remplacés (24h après !)

Nous voilà donc face à un mystère, un vrai. Ces best-sellers sont très souvent mal faits, peu précis historiquement parlant, mais peuvent tenir la route côté scénario. Là, c’est clairement invraisemblable.

Il y a donc matière à creuser. Pourquoi un tel acharnement contre l’église catholique, d’abord ? En fait, c’est une vieille tradition US. Les catholiques, aux Etats Unis, c’est les italiens, les mexicains, les irlandais, bref, la racaille ! Le cinéma s’est souvent payé l’église catholique (Peur Primale sur les prêtres pédophiles, Le Parrain III sur l’Opus Dei,…)

Dan Brown vient de ce background là : prof, et fils de prof dans un collège épiscopal (protestant). Dan Brown chantait dans la chorale, assistait à l’école du dimanche et passait les étés dans un camp religieux. Des comptes à régler, peut être avec le camp d’en face. Surtout que son autre roman, Anges & Démons, tape aussi sur le Vatican.

Ensuite, Da Vinci Code vogue sur les flots enchanteurs des théoriciens du complot. Ainsi, dans le chapitre 82, il fait dire au personnage de Langdon que le Nouveau Testament est basé sur des mensonges. Il prétend ensuite que l’église catholique lutte contre un concept vague, le féminin sacré (une thèse défendue par des féministes new âge dans les années 70, dont l’une d’elles est la femme de Baigent, l’un des auteurs de l’Enigme Sacrée). En clair, l’Eglise Catholique complote contre les femmes, pour les écarter du pouvoir. Lectorat féminin assuré !

On nous cache tout, on nous dit rien ! L’Amérique aime ça (X-Files, Complots), et nous aussi, peut être avec un peu de second degré…

Il est intéressant également de remarquer que le film de Ron Howard est bien moins outrancier sur ces sujets. Produit par Brian Grazer, monsieur 24 Heures, on aurait pu craindre le pire, mais non, le film se cale sur l’intrigue, et ca passe beaucoup mieux en 2h qu’en 600 pages…

En bref, féminisme new âge, théorie du complot, catholic bashing, les 3 ingrédients de la recette Da Vinci Code ? Avec sûrement une pincée d’un autre ingrédient : notre incroyable et irrésistible besoin de rêver…




décembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031