lundi 13 mars 2006


Le Nouveau Monde : Absence de Malick
posté par Professor Ludovico dans [ Les films ]

Le style ne fait pas tout ; je viens de l’apprendre à mes dépens. Fan absolu de La Ligne Rouge, et même de Badlands, j’attendais comme le messie le nouveau Terence Malick. Pourtant, ce film prouve que le cinéma pas une science, ni un art, mais fait bien partie des pratiques magiques. Avec les mêmes ingrédients (narration déstructurée, montage « musical », film choral avec multitude de personnages, beauté de la musique et de l’image), on obtient des résultats absolument inverses.

Pourtant c’est le même homme aux commandes, la technologie n’a pas changé, les thématiques Malickiennes sont toujours là, mais Le Nouveau Monde est un échec pour les mêmes raisons qui font de La Ligne Rouge un chef d’œuvre.

L’histoire, donc. Le capitaine John Smith découvre l’Amérique et Pocahontas, elle le sauve et tombe amoureuse de lui. Il l’en dissuade. Elle rencontre un autre, qu’elle n’est pas sure d’aimer. Y’avait il matière à faire un film ? Sûrement, Disney l’a fait avec les dégâts que l’on sait* mais ici, Terrence Malick ne va quand même pas s’abaisser à raconter une histoire… Non, il a des thèmes à évoquer, le panthéisme, la place de l’homme dans la nature, tout ça. Donc on ne saura rien des motivations des personnages, des débats qui agitent les indiens qui seront survolés par de belles images planantes et une voix off pénible « où suis-je ? » « que penses tu mon amour ? », le tout en filmant des arbres vus d’en dessous, de l’eau sur les pierres, des poissons. Bien sûr les indiens sont beaux et gentils, et Pocahontas a dégoté une très joli minijupe qui lui va fort bien. Par contre, les anglais sont sales, cannibales, et leurs femmes sont moches. Heureusement ces clichés vont disparaître à la moitié du film, quand arrive Christian Bale, le nouveau M. Pocahontas. Là, le film reprend un peu corps, une tension dramatique s’installe. Pourquoi ne l’aime-t-elle pas ? Retrouvera-t-elle John Smith ? Il faudra patienter jusqu’à un final splendide qui, malheureusement, ne sauve pas nos deux heures d’ennui…

Le style, qui enluminait la structure classique du film de guerre (avant la bataille, la bataille, après la bataille) ici plombent le film, parce qu’il n’y a pas cette structure « classique » qui sous-tend tout le reste. Quelques exemples : les faux raccords sont ici insupportables, la musique mange toute l’image, et particulièrement l’utilisation du concerto n°23 de Mozart, complètement anachronique. Les acteurs sont absents, et le manque d’histoire est flagrant.

La Ligne Rouge , ou Badlands, proposait avec le même style les qualités inverses. Il y a avait la même thématique, certes, les mêmes effets, mais l’histoire était suffisamment forte pour porter ces thèmes, nous amener à y réfléchir. Chaque personnage avait son histoire à raconter, son drame personnel, et la bataille y était un aboutissement, tandis que la scène finale avec Clooney, montrait qu’il n’y avait pas de happy end final mais que la guerre ne serait qu’un incessant recommencement…

Cela fait de la peine à voir chez quelqu’un comme Malick, mais ici, nulle histoire, que du thème, que du style. Malheureusement, c’est loin de faire un film ; nous ne sommes pas à la Géode ; des belles images peuvent amener la rêverie, mais guère plus…

* une enfant interrogée sur Europe 1 à la sortie du film avait adoré Pocahontas, parce que (sic), il montrait que les indiens et les êtres humains pouvaient s’aimer


7 commentaires à “Le Nouveau Monde : Absence de Malick”

  1. FrameKeeper écrit :

    Moralité: le fait de refuser de parler ne signifie pas nécessairement que l’on a quelque chose d’intéressant à dire…

  2. Professor Ludovico écrit :

    tout à fait; rester dans le non dit n’est pas forcément la stratégie cinématographique, elle ne peut que cacher (mal) la vacuité d’un propos

  3. Decker écrit :

    Mes pauvres petits, il vous faudrait des siècles pour assimiler un film tel que « Le Nouveau Monde ». Je ne vais pas me rabaisser à vous dire que j’ai aimé (c’est un euphémisme) ce film. Non, je vais vous répondre que vos petites existences (c’est aussi un euphémisme) sont bien moindres en comparaison du bonzomme qu’est T.Malick. J’ai beaucoup de peine quand je lis vos critiques car elles reposent sur le vide intergalactique de vos vies. Avez-seulement conscience de la portée de vos mots ? Avez-vous seulement conscience que vous êtes, la plupart condamnés à rester passifs et à critiquer tout ce qui passe à votre portée ? Jamais de votre vie, vous ne prendrez d’engagement aussi semblable que celui de s’engager dans la voie ultra-risquée de l’Art. Jamais vous ne direz : « Personne ne m’a cru capable de réussir à devenir acteur, cinéaste, scénariste; et j’ai réussi. J’ai brisé toutes les barrières ! » Pour critiquer n’importe quel domaine; il FAUT FAIRE. C’est ce que vos petits esprits ne pourront jamais comprendre. Laissez les Magiciens FAIRE. Arrêtez de DISPOSER. Celui qui vous écrit est précisément un « acteur » au sens propre comme au figuré. Il respecte les gens humbles de tous bords, pas les coloques de beaux-parleurs qui passent leur temps à tergiverser sur « la manière de ». Vous allez me dire que les artistes dépendent de Nous, simples individus ? Vous avez raison. Mais ne les prenez pas en otage, car EUX, ont pris TOUS les risques pour Eclater au grand jour. EUX, ont pris des décisions viscérales et sacrificielles pour arriver à leur fin; décisions dont vous n’aurez jamais conscience. EUX, sont dans la lumière; pas Vous. Vous en serez toujours au même point dans les siècles à venir et disposerez toujours des mêmes formules ultra-galvaudées que vous aurez auparavant maintes fois entendus et les répèterez inlassablement. La différence majeure entre Vous et EUX; c’est qu’ils savent QUI ils sont, et ce pourquoi ils sont faits.

    C’est précisément Là tout le secret.

    F.D

  4. snake écrit :

    Oh là là ! Un moment, j’ai cru que Dexter nous avait repéré.

  5. Professor Ludovico écrit :

    Tout d’abord, bienvenue, cher Decker ; enfin un contradicteur, enfin une polémique ! Comme disait Cerdic, le saxon du Roi Arthur « enfin un adversaire à ma taille ! »

    Je vais d’abord répondre à ta QUESTION, Homme-Aux-Majuscules : oui, nous sommes des intermittents du spectacle frustrés, oui, nous avons des projets de scénario sous le bras, oui, nous avons été refusés par des grandes chaînes de télévision, oui, nous rêvions d’être Spielberg ou Ozu !
    Evidemment ! Bien sûr ! Quand on aime le cinéma à ce point là, on finit par avoir envie d’en faire, non ?

    Mais nous n’en avons point fait. Il y a donc probablement une dose de frustration dans nos critiques.

    Mais ton analyse, développée par d’autres signatures prestigieuses (Patrice Leconte, pour ne pas le nommer), est au fond extrêmement pernicieuse. Parce qu’au final, qu’est-ce que cela veut dire ? Si on pas de talent, on n’a pas le droit de parler d’un film ? Pas de compétence pour avoir un avis de spectateur ? Pas le droit d’avoir un goût ? D’aimer ceci et de détester cela ?

    Toi-même, cher Decker, ne fais-tu pas la différence entre Terrence Malick et Max Pecas ? Pourtant, à ma connaissance, ta carrière me semble mois prestigieuse que celle de l’immortel auteur de On se Calme et on Boit Frais à Saint-Tropez. Est-ce à dire que tu n’aurais pas le droit de critiquer sa brillante et nombreuse filmographie ? Ne fais-tu pas la différence entre le Ridley Scott d’Alien et celui de GI Jane ? Entre le Malick des Moissons du Ciel et celui du Nouveau Monde ?

    Pour ma part, j’ai adoré La Ligne Rouge et Badlands ; J’ai trouvé le Nouveau Monde faiblard. N’ai-je pas le droit de le dire ? Avec mon style, ma mauvaise foi ? Ne peut on dire que du bien des artistes ?

    CineFast, c’est une bande de types qui ont chacun leur goût, chacun leur marotte, mais qui partagent un certain idéal, celui du cinéma américain bien fait.

    Et qui continueront à défendre leur droit de dire du mal de ce qui ne leur plait pas.

    Never give up, never surrender.

  6. CineFast » Une polémique, une ! écrit :

    […] Un lecteur nous écrit, et il n’est pas content ! Comme cet avis est enterré au fin fond d’une vieille chronique de 2006, nous la republions ici, agrémenté de la réponse du Snake et du Professore Ludovico. […]

  7. CineFast » Les Moissons du Ciel écrit :

    […] après Un Nouveau Monde alléchant mais prétentieux, Badlands, intéressant mais désormais daté, on peut également […]

Votre réponse



juin 2019
L M M J V S D
« Mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930