dimanche 2 mars 2008


La Môme
posté par Professor Ludovico dans [ A vos DVD -Les films ]

Mon ami Eric (eh oui, celui de Joy Division), a inventé une jolie expression, un beau jour de 1984, alors que j’allais voir Paris, Texas : « Ah oui ? Tu vas pointer au chef d’œuvre, comme tous les autres ? ». Qui peut se vanter en effet de n’avoir jamais lu un livre, ou vu un film, parce que toute le monde le recommandait ? Après César, Oscar, avis d’amis, je suis donc allé « pointer au chef d’œuvre » La Môme, afin de vérifier par moi-même la performance Cotillard, et de me plonger dans cette partie cachée de l’identité française qu’on appelle Edith Piaf.

Car Piaf, c’est la France, et Piaf c’est Paris. Oublier cela, c’est s’oublier soi-même. Toutes les chansons de la Môme courent sur nos lèvres, et on se met immédiatement à chanter le refrain. Je ne suis pas plus fan que ça, mais je suis français, et aucun français n’y échappe, pas même les américains : ils ont couronné – à l’évidence – une vision très américaine de la France (Paris ! La bibine ! L’hystérie !)

Pourtant, rien n’empêchait de revisiter le mythe. Soit en le frôlant amoureusement, de loin, soit en dynamitant de l’intérieur. Ce ne fut évidemment pas le choix de Dahan (et surtout pas de TF1, son producteur). Avec La Môme, on est donc dans le biopic à l’américaine, juste retour des choses.

Et c’est donc raté.

Raté, le biopic l’est par essence. Comment s’intéresser à la suite d’un film dont on connaît la fin ? La jeune Piaf deviendra une grande chanteuse, Howard Hughes (The Aviator) un héroïnomane, Johnny Cash (Walk The Line) trouvera la rédemption. De chaque scène, on peut déduire la fin. Piaf entre sur scène, toute tremblante : ce sera un triomphe. Marcel Cerdan prend l’avion : il va mourir. Piaf entre sur scène, toute tremblante : elle va s’évanouir.

C’est pour cela que le réalisateur de biopic se doit de botter en touche. Dahan met toutes ses qualités là-dedans : esthétique irréprochable, comédienne incroyable, images léchées. Mais à force de faire valser la caméra pour montrer l’hystérie piafienne, et l’alcoolémie ambiante, il nous saoule nous aussi. Il enfile les grands moments Piaf, et enchaine les poncifs : « la petite fille abandonnée », « l’alcoolique pauvre », « la star capricieuse ». Ce n’est pas vraiment désagréable, mais juste ennuyeux, comme une séance diapo de copains revenant de Marrakech.

Qu’aurait-il fallu faire, alors ? Rien, en fait. D’abord, ne pas faire de biopic : ÇA NE MARCHE PAS ! Ensuite, botter en touche, mais autrement. Raconter la vie de Piaf par quelqu’un d’autre, comme Todd Haynes raconte la vie de Bowie au travers d’un journaliste dans Velvet Goldmine. Eviter de raconter une histoire, travailler de manière impressionniste, comme Anton Corbjin pour Control. Parler d’autre chose (de la boxe, par exemple), comme Scorcese pour Raging Bull.

Surnage néanmoins de ces deux heures, il faut le souligner, l’incroyable prestation de Marion Cotillard. Il est vrai qu’on a toujours beaucoup d’indulgence pour la bombasse qui s’enlaidit, et qui en général gagne un oscar (Charlize Theron pour Monster, ou Daniel Day-Lewis pour My Left Foot), mais ici, il y a une véritable, invraisemblable performance. Cotillard joue incroyablement bien Piaf : jeune ou vieille, drôle ou en colère, haineuse ou aimante.

Bravo Marion.


3 commentaires à “La Môme”

  1. Giovanni Drogo écrit :

    Notre professor n’a pas du voir Gandhi ou Patton, 2 magnifiques biopic des années 70 … ni Ali du pourtant vénéré réalisateur de HEAT … ni Bird, pas vu mais qui a priori met tout le monde d’accord … Un biopic est effectivement sans surprises par définition mais il est réussi quand on oublie que ce sont des acteurs et quand le biopic, sans nécessairement être exhaustif, ne cache rien du personnage, ne tourne pas à l’hagiographie … (Et puis qui connaît toutes les biographies de tous les personnages célèbres, à part Max Gallo ?) Et « la môme » répond à ces critères : ce n’est pas qu’une longue liste de tubes, dont plusieurs sont omis, ce n’est pas bêtement chronologique, et ça pour un biopic c’est audacieux, ça ne parle pas que de Piaf superstar mais aussi de son enfance (et cette partie en est même + passionnante) … Le seul truc que l’on puisse dire par contre c’est qu’un biopic réussi intégre nécessairement des moments de déchéance, sinon c’est ch… Selon cette approche, le biopic de notre Président qui sortira dans 20 ans est peut-être (qui sait ?) en train de prendre forme 🙂 …

    Enfin, c’est pas toi qui m’a filé « Stoned » ? Pourtant tu sais qui meurt à la fin nan ?

  2. Professor Ludovico écrit :

    pas vu Gandhi, mais bien aimé Patton (qui se focalise uniquement sur la période 1940-1945). Ali est bien, mais ce n’est pas non plus toute la biographie, c’est surtout le match en Afrique.

    Et pour Stoned, le film avance au moins une théorie : la méchanceté des autres, et le meurtre du maçon…

  3. CineFast » La Môme et la Marseillaise écrit :

    […] Il y a quand même une très belle scène dans La Môme, chroniquée ci-avant. C’est celle où Piaf, enfant, chante la Marseillaise et vole la vedette à son père. D’abord, pour un peu, la caméra de Dahan s’arrête de virevolter, et l’émotion peut s’installer. Parce que la Marseillaise, ça marche toujours. « Allons enfants ! », et c’est reparti. La question, c’est le rythme : où couper ? […]

Votre réponse



décembre 2019
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031